28. - BACS DE LAVAGE

10/07/11

Les bacs de lavage deviennent de plus en plus un ameublement fondamental de tout laboratoire de restauration, considérant les multiples opérations qui exigent lavages ou consolidations par immersion. Ils sont en effet utilisés dans les laboratoires d’archéologie, d’arts graphiques/tissus, bois et pierre.   Mais est-il toujours facile de définir le bac dont j’ai besoin ?  
Tout d’abord, il faut faire une distinction entre bac/cuvette de production industrielle et bac de lavage sur mesure. 
Les premiers sont des conteneurs de petites et moyennes dimensions, la plupart du temps en matière plastique (PVC, Polypropylène, Polyéthylène), mais aussi en acier inox, moulées industriellement et donc parfaites d’un point de vue esthétique du fait qu’elles ne présentent pas de soudures ou façonnage artisanal en général. Mais, ils ont des limites : les mesures (il faut se contenter des dimensions standard) ils ne peuvent pas être rendus aspirants et/ou chauffants, et presque toujours on ne peut pas les équiper d’accessoires et les personnaliser (couvercles, évacuations, grilles/grillages/divisions internes, roulettes, etc… Les bacs de lavage sur mesure, en revanche, sont un ameublement artisanal, et précisément par définition ils peuvent être créés ad hoc selon les exigences spécifiques. 
C.T.S. est spécialisée dans le projet et la construction de bacs sur mesure pour tous les secteurs. Dans ce cas, il est important d'avoir des prérequis et savoir quoi demander. Voyons ensemble les divers points principaux : 
-   Dimensions_ Première caractéristique fondamentale pas toujours facile à définir. Habituellement, il vaut toujours mieux partir des dimensions internes utiles, c’est-à-dire basées sur les objets qu’il doit contenir, à moins qu’il ne soit prévu d’être placé dans un endroit (niches, encastrements, …) avec des dimensions préfixées. Les dimensions sont au nombre de trois : longueur, largeur et hauteur qui parfois se divise en hauteur externe à partir du sol et profondeur interne. Il n’est pas toujours vrai qu’un grand bac est mieux qu’un petit : en effet, il exige plus de liquide (eau, solvants, consolidants, etc… et en outre, s’il est chauffant, il demande plus de temps et de puissance électrique pour atteindre et maintenir la température nécessaire ; de plus, si le bac est très profond (hauteur interne), il pourrait devenir peu commode pour atteindre le fond. En somme, il faut toujours le dimensionner sur la base des œuvres qu’il doit contenir. 
-  Evacuations_
 Normalement, tous les bacs de lavage ont besoin d’une évacuation, mais il peut aussi ne pas être demandé. C.T.S. conseille toujours l’écoulement avec by-pass, pour différencier l’eau, à évacuer dans le réseau, des produits « polluants » à recueillir et éliminer selon les normes en vigueur. Si cela est utile, on peut relier un trop-plein interne au bac, inséré sur l’évacuation même. 
-  Couvercles
_ Tous les bacs peuvent être équipés de couvercle avec poignée.  
-  Roulettes ou pieds fixes
_: Est-il toujours nécessaire que le bac soit mobile ?  Avons-nous les locaux qui permettent son déplacement (largeur des portes par rapport aux dimensions du bac, etc…)? Les pieds fixes coûtent moins cher et permettent la mise à niveau de la structure portante du bac.
-  Grilles/grillages
_ Tous les bacs peuvent être équipés de grilles ou grillages internes ; dans ce cas, il faut connaitre le poids qui sera supporté par ces structures, la maille nécessaire  et comment nous devons les utiliser : appui sur le bord du bac pour égoutter, transport sur autres structures avec poignées, etc…
-  Divisions internes_ Le bac peut être subdivisé intérieurement, avec cloisons fixes ou mobiles, pour créer des sous-vasques. Bien considérer qu’une cloison mobile à « guillotine » ne garantit pas l’étanchéité entre les compartiments et en outre, une fois retirée, il reste les guides de coulissement qui peuvent entraver lors de l’utilisation du volume total du bac de lavage. 
-  Panneau pour utilités
_ Le bac de lavage peut être équipé d’un panneau frontal (par rapport à l’opérateur) pour les diverses utilités (robinets d’eau chaude et froide, déminéralisée, branchement air comprimé, etc...
-  Sous le bac/espace de stockage_ Sous la vasque, si l’espace le permet, on peut réaliser une étagère, ouverte ou fermée avec panneaux latéraux et petites portes sur le devant. 
-  Chauffage_ Le bac de lavage peut être équipé de son propre système de chauffage. Même, dans ce cas, il est nécessaire d’évaluer : si j’ai besoin d’avoir de l’eau chaude à l’intérieur du bac, il est préférable et avantageux de la relier à une bouilloire. Si, au contraire, j’ai besoin d’atteindre et de maintenir une certaine température d’un liquide, je dois avoir un bac chauffant. Dans ce cas, il faut connaitre la température maximum qui doit atteindre le liquide à l’intérieur du bac et quels seront les liquides à « réchauffer », tout en faisant le point sur la sécurité& s’il s’agit de produits inflammables, comburants, explosifs, etc ... 
-  Aspiration
_ Si à l’intérieur de la vasque, sont utilisés des produits toxiques et nocifs, il est à conseiller d’avoir un bac aspirant. C.T.S. construit un "caisson aspirant » le long du bord et à la mesure de la vasque, avec des branchements opportuns pour relier à une installation d’aspiration et de filtration. Ce système innovateur permet d’obtenir une aspiration « tangentielle » des exhalaisons produites à l’intérieur de la cuve en toute sécurité. A éviter l’ancien (et justement abandonné) système d’aspiration venant d’en haut, type « hotte de restaurant » car l’opérateur respirerait les vapeurs avant que celles-ci n’atteignent la hotte, puisqu’elle se trouve au-dessus de l’opérateur. 
-  Matériel de construction_
 Dernier choix et non le moins important ; les matériaux les plus utilisés et adéquats pour construire les bacs de lavage sur mesure sont l’acier inox, le polypropylène et le PVC. 
C.T.S. réalise des bacs de lavage en utilisant les trois matériaux, selon les situations (ci-dessous nous voyons un bac en acier inox). 
Ne pas oublier qu’un bac de lavage « sur mesure » en acier inox ne peut être comparé à l’évier en acier inox de notre cuisine, car ce dernier, comme rappelé au début, est moulé. 
Dans notre cas, au contraire, nous parlons d’un équipement artisanal qui sera construit en partant de plaques d’acier inox coupées et soudées entre elles jusqu’à constituer une vasque. 
Les soudures deviennent des points faibles pour l’inox, car elles peuvent s’oxyder à cause du chlore et des minéraux ferreux contenus dans l’eau du réseau et, même on ne peut pas parler de véritable rouille, pour certains secteurs ou œuvres il peut être un gros problème.
Les matériaux plastiques (comme le bac ci-dessous, réalisé en polypropylène, PP, ou le suivant, en PVC) ne résistent pas à toutes les substances chimiques et ont une résistance inférieure à l’acier inox à hautes températures. L’acier inox, en revanche, craint les acides forts. En somme, le matériau avec lequel construire un bac de lavage doit être choisi selon les matériaux et produits qui seront utilisés dans ce bac.
-
-
-